Travaux

« Conserver, c’est encore créer » Georges Duhamel

La phrase de Georges Duhamel, grand oncle de Marie de La Ville-Baugé, exprime parfaitement le projet de restauration de la Roche que Louis et Marie de La Ville-Baugé mènent depuis 20 ans.

Etant donné l’état de ruine des bâtiments de communs lors de la reprise en main de la Roche après plusieurs années sans travaux, du pavillon Villars après l’incendie du 18 décembre 2008 puis de la totalité de la charpente du château, les travaux de conservation menés, ont été parfois une création, s’appuyant sur l’étude précise du bâti.

«Les moyens, il est vrai, ne s’y prêtent plus. Il est même difficile de conserver les merveilles du passé. La façade de ce magnifique édifice cède et se gondole. Un habile architecte pourrait sans doute encore, prévenir par une habile entretoise, l ‘effondrement de ce mur. Mais à quel prix ? Et comment entretenir comme il convient ce toit géant »

En 1929, Constantin Weyer remarque avec compassion le défaut d’entretien du château de la Roche, et énonce les efforts qu’il faudrait soutenir pour éviter la ruine de cette demeure.

Ce n’est qu’en 2007 qu’un architecte du patrimoine, Arnaud de Pémille, alerte Louis et Marie de La Ville-Baugé sur l’état sanitaire structurel alarmant du château.

Le nouvel architecte de la Roche a mené avec succès d’importants chantiers de restauration avec Louis et Marie de La Ville-Baugé.

En 2011, après deux ans d’élaboration de dossiers complexes après l’incendie, les travaux de gros œuvre ont enfin pu se réaliser,  avant la chute du mur de façade qui inquiétait Constantin Weyer et qui était un risque imminent !

DECOUVREZ LES TRAVAUX MENES DEPUIS 20 ANS: